Acrylique.

Premier jus d'acrylique.

 

                 Une envie de peindre un visage, quelques coups de crayon en esquisse et je m'évade aux grés du choix des couleurs, je préfèrerai que la tendresse l'illumine, je me perds dans des détails inutiles, le bonnet ne me plait guère, l'ensemble demande à être reproportionné, je reste un éternel insatisfait.

                 Michel LAMBERT.








Le décors de cheminée.

 

        Au premier coup de pinceau, incertude sur le sujet, mais une préférence sur un décors féodal avec une pointe de romantisme prend le dessus. Le parchemin à peine posé  est recouvert rapidement d'une couche d'acrylique, le vide de l'ouverture sur l'extérieur me laisse davantage de choix à la création. Des tentures et du tissus au sol m'apportent  la chaleur et l'ambiance que je recherche. Le plateau doit laisser place à un livre lourd de secrets, le miroir renvoyant l'image du bougeoir illumine davantage l'ensemble, tandis que le vase transparent embellit l'éclat de lumière, le soyeux du tissus bleu contraste avec le rouge intense des rideaux, l'encadrement de la baie fait de pierres massives exprime force et solidité, une rose  fragile de beauté se penche sur le vide de la nuit où les rayons de lune éclairent le village en contrebas, le marque-pages de soie bleue se tord de légèreté et de finesse.

                                                                                                                                                                                                                               Michel LAMBERT











La fresque du portail.











 


       Auparavant une tôle ondulée dans son cadre de cornières de fer faisait office de porte de garage, l'ayant remplacé par des plaques de bois, j'entrepris ce nouveau travail qui me tenait à coeur. Deux couches de peinture à l'huile pour extérieur, un bon ponçage à sec me donnaient ce beau tableau blanc. Une esquisse du sujet désiré et quelques instants après je commençais à peindre à l'acrylique. Mon plus grand intérêt étant de reproduire le plus fidèlement possible l'aspect de la pierre de granit de l'encadrement. De cette façon lorsque la porte se refermerai le mariage entre la peinture et la vrai pierre se réaliserai. La création de l'intérieur, le forgeron, le cheval, le vieux chien ne sont que pure invention la seule copie que je suis permis est le collier de cheval et le licol. Ce travail fut réalisé entre huit et dix heures. L'ensemble fut vernis en trois couches.

                  Michel LAMBERT


Peinture en extèrieur.

 

   Cette peinture me fit sortir de mon contexte toile sur chevalet, ce fut un travail sans trop de difficulté. Muret de parpaings de plus de 6m sur 1,30m de haut.

   En premier lieu un grattage générale fut nécessaire, suivi d'une première couche de peinture à l'huile mâte de ravalement, ensuite lorsque l'ensemble fut bien sec j'entrepris de l'enduire totalement de deux couches d'enduit de colle à carreaux de plâtre, le tout espacé d'une journée. Auparavant je rebouchais quelques grosses fentes d'un mélange fait de l'enduit et de la peinture de fond. Ce travail entrecoupé d'une séance de ponçage à main me donna une belle surface plane ou je commençais à cerner mes lettres de 0,40m de côté environ. La peinture du décors étant de l'acrylique je pus travailler rapidement et recouvrir certain passage dans les minutes suivant la première passe. L'ensemble fut réalisé sur huit bonnes heures et recouvert de deux couches de vernis extérieur. Il est visible en Côtes d'Armor dans le bourg de St Gleen.







Lire la suite

Fresques murales en caserne.

        Solicité par le service, j'ai réalisé ces fresques murales à l'acrylique, le château fort n'étant que pure invention, les autres durent avoir recours à un modèle, les dimensions varient entre 0,60m pour les plus petites, les autres accusent 5m ou 6m de long avec des hauteur de 2,50m. Certaines disparaissent derrière des armoires et des tonnes de dossiers, les autres résistent.                      Michel LAMBERT.





















 





Fresques pour le patrimoine.

 A l'occasion de la fête du patrimoine, je réalisais deux fresques de grande envergure sur lin écru, sans esquisse, directement à l'acrylique, de 5m sur 1,20m. Seule l'église est issue d'une copie sur photo.   Michel LAMBERT.







Lorsque j'étais SP.

 Dans mon ancien métier, j'honorais de nombreuses commandes, celle ci était de taille. C'est une acrylique réalisée sur une toile de lin. 

                                                                           Michel LAMBERT.





Le Père Noël.

 Affiches créées pour la fête de Noël sur papier 300gr en 80x60, caricature en acrylique. Michel LAMBERT.












Le petit garçon de l'église.

Je vous présente mon dernier travail en cours, c'est un modèle d'après photo, en premier lieu j'esquisse au fusain puis je me lance directement au vif du sujet, j'organise mes premiers aplats, en forçant sur les couleurs volontairement, sans dégradé,






Je commence à donner vie à mon sujet, yeux matérialisés, premières ombres, impression de volume.



Premiers effets sur les cheveux, couleur de fond afin de renforcer la mise en valeur du sujet.



Toujours le travail des cheveux maintenir le reflet, accentuer les zones d'ombres.



A l'aide d'ocre, de terre d'ombre brulée et d'une pointe de rouge, je bronze le visage.



Afin d'adoucir l'aspect de la peau, je dépose et recouvre les zones foncées d'un blanc en frottis.



Après avoir apporté davantage de lumière et éclairci l'ensemble, je finalise la chevelure, l'éclat des yeux, dommage pour la tenture de fond aux reflets des vitraux, je la supprime, une autre idée m'est venue, à suivre. Michel LAMBERT.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×